Document sans titre
 
 



L’Association
FRACTAL

  1 - L'Association
2 - Historique
3 - Objectifs
4 - Statuts
5 - Réglement intérieur
6 - Organigramme
7 - Fonctionnement
  8 - Devenir membre
 
 
 
Login
Mdp


 

FRACTAL souhaite et
a besoin d'étoffer son bureau…

 
 

Ce site respecte les principes de la charte HONcode de HON Ce site respecte les principes de la charte HONcode.
Vérifiez ici. 

 

 

Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

Le Forum :::..
Accueil :::..


   
 
Historique Fractal
Historique
Depuis 2007, sous la gouvernance de Nicolas Sarkozy, et avec l’expertise de Jean-Pierre Grünfeld, a été proposé un second Plan Cancer.

Pour ce qui est du tabagisme, celui-ci se fixe un objectif très ambitieux de réduction de la prévalence tabagique de 30 à 20% de la population active. Mais il limite ses moyens d’action à l’interdiction des cigarettes bonbons et à la vente des produits du tabac aux mineurs.

Par ailleurs la politique de hausse des prix, malgré son caractère hautement inégalitaire, est efficace, dans le frein à l’engagement du tabagisme chez les jeunes. Mais, elle n’est plus appliquée dans ses caractéristiques essentielles : plus de 10 % à chaque fois, répétée.

Le Décret Bertrand permet de lutter contre le tabagisme passif et ainsi dans les cafés, hôtels, restaurants, discothèques et casinos, d’éviter l’exposition au tabagisme des autres. Cette interdiction est assortie d’une sorte de contrôle, peu suivi sur un plan pratique (verbalisation d’un fumeur ou d’un propriétaire de lieu de tabagisme), et qui après quelques opérations médiatiques initiales bruyantes, n’a jamais été observé.

Fin 2010, la circulation transfrontalière des produits du tabac entre pays membres de l’UE voit ses quotas supprimés, la politique des forfaits avec une prévision à un million de forfaits, comptabilise en 2008, 488 500 forfaits et en 2009, 295 000, et encore plus récemment le projet de loi de financement de la Sécurité Sociale considère que le forfait de 50 € par an et par individu est suffisant et que les 150 € forfaitaires réservés aux femmes enceintes et aux sujets en précarité sociale, seront différés en Janvier 2011 et attribués seulement aux sujets précaires. 3 millions d’euros sont réservés à cette mesure, ce qui représente 20 000 forfaits.

Les campagnes de prévention seront ciblées probablement sur les jeunes, les femmes enceintes ou les chômeurs. Quelle est la nouveauté d’une telle campagne de prévention ? Stigmatisation, non?

Au final, le Baromètre Santé 2010 montre une augmentation de 2% du nombre de fumeurs et fait porter la responsabilité à la crise, au chômage.

La pauvreté du Plan Cancer 2, l’absence de politique de hausse des prix, le non respect d’un décret, une politique transfrontalière permissive, une politique des forfaits très sous utilisée, ne sont pas considérés comme des raisons de l’augmentation du tabagisme français actuel. Et pourtant lorsqu’il existe une crise dans un pays, la Grèce, les taxes sur le tabac sont augmentées. La France perçoit 10 milliards d’euros de taxes sur le tabac. Ces taxes sont en partie attribuées aux régimes agricoles non salariés très déficitaires. Pour ce qui est de la TVA, elle est destinée au budget de l’Etat. Au final les taxes sur le tabac ne retournent pas vers les fumeurs et ne permettent pas une prise en charge financée à une hauteur suffisante.

A côté du tabac, la cocaïne est devenue plus accessible, l’alcool le reste, tout comme le cannabis, l’héroïne, d’autres substances, apparaissent, comme le GHB. Les difficultés de la jeunesse, combinées à la disponibilité, l’extrême accessibilité des produits, au développement d’internet conduisent à l’éclosion et à la prolifération de certaines nouvelles addictions, jeu, sexe…

Au final, la prévalence du tabagisme augmente, interprétée plus qu’analysée, comme corollaire symptomatique de la crise économique (et pas sociale ?) qui devient la priorité politique occultant totalement les difficultés de santé publique de la société et ainsi, le développement des addictions, du réseau Internet ne peuvent, en l’absence d’une politique globale économique et sociale, qu’être favorisés. L’aspect social, très ignoré, devient à son tour source de crises et de demandes individuelles sécuritaires.

Pouvons-nous attendre des jours meilleurs ?

La Loi Hôpital Patient Santé Tabac (HPST), semble envisager de manière pragmatique le développement d’une mutualisation, une culture de l’efficience au niveau médico-social, libéral ou hospitalier. Le rapport RIOLI permet de situer les difficultés actuelles du pharmacien d’officine et de lui réattribuer un rôle d’acteur de santé qui pourrait être de première ligne en ce qui concerne la prise en charge du tabac qui bénéficie de traitements, en particulier les substituts nicotiniques dé-listés.

Ainsi aujourd’hui, fin 2010, l’installation des ARS qui vont décliner régionalement la loi HPST, la nécessité d’un redécoupages des pôles hospitaliers, avec une réduction du nombre de pôles, la disparition des départements, la persistance des unités fonctionnelles, le rôle déterminant du directeur d’établissement, semble nous conduire inéluctablement, alors que les unités de tabacologie sont hospitalières, à une redistribution avec une finalité : la création d’unités d’addictologie globales et sans exclusives, avec des liens avec les structures médico sociales et libérales.

Reste cette question : Pouvons-nous imaginer que le traitement d’un problème de santé publique, sur un mode économique, quasi industriel, puisse être efficace dans des hôpitaux publics, sans faire la part belle aux structures privées très adaptées à la logique de la rentabilité ?

 30018



 


Informations
pratiques
 
 
 
4 - Formation FRACTAL à destination :
  • Des professionnels
  • Du Public
 
 
 
 
 
 
10 - Partenaires de FRACTAL
  • Institutionnels
  • Privés
 
 
 
 
RECHERCHER :::..

Espace
adhésions
 
La Newsletter Fractal


INSCRIPTION
DESINSCRIPTION
 
..:: Téléchargements-
 
  Indices de fréquentation
 
 

 

 

 

© www.fractal.asso.fr